Share

Pour cette 4e édition des Entretiens de Caluire et Cuire – Jean Moulin, c’est la citoyenneté qui sera interrogée à l’occasion de conférences et tables rondes. Comment la citoyenneté prend-elle corps à Caluire et Cuire ? Quels sont les moyens mis en œuvre par la collectivité pour favoriser son expression et sa réalisation ?

 

Caluire et Cuire propose plusieurs champs d’expression, afin d’encourager les habitants à être acteurs dans leur ville, que ce soit en proposant des moments de rencontres réguliers avec les élus, par le biais de grands événements ou encore en soutenant la vie associative sur le territoire.


En plus des traditionnelles réunions de quartier, organisées tous les ans au mois de mars, des rendez-vous du marché ou des permanences du maire, Caluire et Cuire propose depuis 2017 des Grandes Concertations. Des conférences et des ateliers sont organisés autour d’un thème, incitant les Caluirards à venir partager leurs expériences, échanger leur point de vue et réfléchir ensemble pour faire émerger des propositions qui seront, par la suite, soumises aux élus. Lors des deux premières Grandes concertations, ce sont les rythmes scolaires et la ville durable qui ont été soumis à l’opinion publique.

 

L’année précédente, ce sont les Entretiens de Caluire et Cuire – Jean Moulin qui organisaient leur toute première édition, afin d’encourager le débat et de nourrir la réflexion autour l’engagement individuel.
Des alternatives à l’expression de la citoyenneté existent également en direction de publics plus jeunes. Ayant fêté ses 30 ans en 2018, le Conseil municipal d’enfants permet aux élèves des écoles primaires de la Ville de découvrir la vie des élus politiques, de l’élection, à la participation à des commissions et au vote de projets. La collectivité s’adresse aussi aux jeunes adultes de 16 à 20 ans via le service civique communal. Il s’agit d’un engagement bénévole durant lequel, les jeunes caluirards effectuent des missions variées au sein d’association ou de services municipaux. Un manière de donner un sens concret à l’engagement citoyen.

Enfin, la Ville de Caluire et Cuire entretient également un lien étroit avec les associations présentes sur le territoire, via le service de « Vie associative », véritable guichet unique pour tous ces acteurs. Chaque association, qu’elle soit culturelle, sportive, d’actions sociales, d’éducation, etc. possède un rôle important . Grâce à leurs actions et aux valeurs qu’elles portent et diffusent, elles participent à une démarche commune permettant de garantir les principes fondateurs de la République

 

 

 

Que l’on soit sceptique ou convaincu, il devient difficile, voire impossible, de passer à côté de la question environnementale. A l’heure où les débats se multiplient, elle se révèle être un enjeu de société aussi bien à l’échelle mondiale qu’à l’échelle locale et individuelle.
 

L’engagement des collectivités territoriales sur le sujet écologique s’inscrit comme un moteur nécessaire pour impulser et encourager le développement des initiatives citoyennes. C’est dans cette optique de sensibilisation, de soutien et d’engagement que la Maison de l’Environnement a vu le jour en 1994. Fondée par 7 associations, la Métropole de Lyon et le département du Rhône, elle regroupe aujourd’hui plus de 41 associations et constitue un pôle ressource d’accompagnement pour tous.

 

Parmi les initiatives « territoriales » les plus récentes, nous pouvons noter l’inauguration, le 18 octobre dernier, de cinq nouveaux composteurs urbains à destination des habitants de quartier dans le square Pierre Polnard à Caluire et Cuire ou encore la mise en place d’un partenariat avec l’ALEC pour aider les citoyens à faire de la rénovation thermique de leur logement.

 

Les discussions sur notre environnement et sa protection ont également un impact important sur nos manières de nous déplacer. En témoigne le mode de transport doux que représente le vélo, de plus en plus utilisé dans les grandes villes, et qui devient une priorité sur le territoire français. Selon l’enquête de l’association Vélo et Territoire regroupant un réseau de collectivités en France, 85% des régions ont établi une stratégie « vélo » sur leur territoire. Dans l’agglomération lyonnaise, 650 km de pistes cyclables sont actuellement accessibles, avec un objectif de 1000 km en 2020. Le boum des vélos électriques et des vélos en libre service sont un indicateur supplémentaire d’une volonté citoyenne de s’orienter vers des modes de déplacements plus respectueux de l’environnement.

 

La question de notre impact écologique passe aussi par nos assiettes et la nécessité de consommer différemment. Ainsi on voit se développer les projets zéro-déchet au travers d’associations comme celle des Amis de Demain portant le projet d’un supermarché coopératif et participatif sur Lyon pour combiner qualité, accessibilité et responsabilité. Des épiceries de vrac, aux points relais en circuit court, l’offre s’agrandit sur l’agglomération avec pour but de toucher de plus en plus de citoyens.

 

 

Faire la différence arrive à la portée de tous même jusqu’au bout de nos écrans, avec un moteur de recherche Internet qui change chacune de vos requêtes en arbre planté. Les gourdes optent pour des couleurs et des motifs dans l’air du temps. Le « doggy bag » devient monnaie courante. Les idées et possibilités ne manquent pas. Et si nous devenions tous « citoyen vert » ?
 

900 propositions et 141 initiatives

 

En 2018, Caluire et Cuire a lancé sa grande concertation citoyenne sur le thème du développement durable. Les axes de l’urbanisme, de la mobilité et de la santé-environnement ont été ainsi abordés et ont abouti à 141 initiatives prioritaires sur la commune, applicables à court, moyen et long terme. Trouver un équilibre entre constructions durables et espaces verts, favoriser les circuits courts pour un développement économique respectueux de l’environnement ou encore la mise en place de mobilités douces font parties des nombreuses propositions ayant émergées lors des ateliers.
 

 

Sources :

www.ville-caluire.fr

http://www.maison-environnement.fr

www.velo-territoires.org

http://www.demainsupermarche.org

 

 

 

 

La citoyenneté est un enjeu plus que jamais questionné aujourd’hui. Dans un contexte sociétal où l’individualisme se fraie facilement un chemin, le besoin de faire et d’être ensemble devient essentiel. C’est un point central développé par la commune de Caluire et Cuire : créer « un sentiment d’appartenance à une même communauté, à même de permettre à chacun de relever les défis démocratiques de demain. ».
 

Un de ces défis résonne au féminin et constitue une des grandes causes gouvernementales. Pourtant, en France, la citoyenneté n’est véritablement reliée aux femmes que depuis le milieu du 20e siècle avec, comme événements majeurs, le droit de vote en 1944 et, en 1946, l’égalité femme-homme qui devient un principe constitutionnel.

 

Néanmoins, il peine aujourd’hui à être pleinement appliqué et se démultiplie en de « trop » nombreuses problématiques. En témoigne la loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes abordant des sujets de la sphère privée, professionnelle et publique allant des inégalités salariales et des violences conjugales, au sexisme ou encore a la généralisation de la parité.

 

L’enjeu de la parité est de plus en plus scruté dans le domaine professionnel avec par exemple, la mise en place depuis la loi de 2014, d’un rapport annuel de situation de l’égalité femme-homme dans les collectivités territoriales. Le dernier rapport du Grand Lyon fait état d’une parité pratiquement à l’équilibre avec 48,28% de femmes et 51,72% d’hommes mais souligne des contrastes réels et persistants en terme d’emplois puisque seulement 32,77% de femmes occupent des emplois des filières techniques.

De plus en plus de villes comme Caluire et Cuire portent une attention particulière au respect de la parité au sein de leurs services en valorisant des actions de sensibilisation autour des filières professionnelles dites « genrées ».

 

La sphère professionnelle n’est malheureusement pas la seule à être touchée par ces décalages entre femmes et hommes. L’ajustement du temps de vie professionnel – vie privée, l’accès et la valorisation du congé paternité, l’engagement contre les violences faites aux femmes, les discriminations liées au genre dans les pratiques sportives ou encore l’hyper sexualisation des femmes sont autant de sujets irriguant ce vaste combat pour l’égalité femme-homme.

 

L’engagement pour cette égalité s’inscrit dans une mission de citoyenneté totale. Les solutions sont nombreuses et simples à mettre en place. Promouvoir et sensibiliser le plus grand nombre aux inégalités persistantes entre les femmes et les hommes, soutenir et valoriser les parcours de femmes, chacun en tant que citoyen, peut jouer un rôle essentiel dans l’établissement de cet équilibre. Dans le cadre de sa 4e édition, les Entretiens de Caluire et Cuire - Jean Moulin a accueillie l’exposition « Grandes Résistantes Contemporaines » portée par l’association Femmes Ici et Ailleurs autour de 24 figures féminines emblématiques sur la scène internationale, engagées auprès de nombreuses causes telles que l’éducation, l’environnement, l’égalité des sexes, la lutte contre terrorisme, la paix.

 

   
 

 

   

 

Le 21 octobre dernier, la ville de Caluire et Cuire accueillait une nouvelle statue sur son territoire intitulée « Chorégraphie » et installée au carrefour de trois structures culturelles caluirardes majeures : le Radiant-Bellevue, la médiathèque Bernard Pivot, l’école de musique AMC2.

 

Citoyenneté et culture se définissent ensemble, l’un n’allant pas sans l’autre. Source intarissable de richesses, la Culture, avec un grand C, alimente les enjeux de notre société contemporaine.

 

Si elle est souvent associée – à tort – au monde des érudits, la culture prend une multiplicité de formes, parfois sans se faire remarquer. Elle est la radio, la presse, la littérature, la musique, la télévision, le cinéma, les monuments historiques, les musées, les arts vivants, les livres, les jeux, la peinture, les arts plastique, l’architecture mais aussi l’histoire, les traditions, les origines, les langues et les identités. Elle existe depuis l’apparition de l’Homme. Des peintures de Lascaux aux chants Vikings, de Socrate à Eiffel en passant par Bowie, Scorcese ou Picasso, nous sommes entourés de culture constitutive de notre évolution tout au long des âges de la vie. Elle se compose d’un panel infini de possibilités autour duquel se joue les valeurs de transmission, d’échange, d’apprentissage, d’ouverture, de vivre ensemble.

 

La culture a trouvé une certaine légitimité en France avec la création du ministère de la Culture en 1959 et son premier ministre d’état chargé des affaires culturelles, André Malraux. De cette création découlera un développement accru – souvent semé d’embûches – d’initiatives, de projets, de lieux sur tout le territoire français. La première Maison de la Culture voit le jour en juin 1961 ayant « pour mission d’offrir à chacun, quel qu’il soit, où qu’il soit, la tentation de la culture ; elle est là pour organiser une rencontre… » selon les mots de l’écrivain Pierre Moinot alors conseiller au cabinet de Malraux. La musique est inscrite au baccalauréat en 1972. Les DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) apparaissent dès 1977. La première fête de la musique est lancée en 1982. Les journées du patrimoine naissent en France en 1984 avant de devenir européennes en 2000.

 

 

Jeu de l’oie « citoyen »

 

En 2016, à l’occasion d’une réflexion sur la citoyenneté lancée par la municipalité, les agents de la médiathèque Bernard Pivot ont proposé de décliner cette thématique en direction des publics scolaires, pour travailler sur le thème de la citoyenneté et des valeurs de la République.

 

Un jeu de l’oie version « citoyenneté » a donc été élaboré, prenant notamment en compte la volonté des enseignants d’intégrer un volet « recherche documentaire ».

Ainsi, ce sont plus de 60 heures de travail qui ont été investis par les agents pour créer les plateaux et les cartes, élaborer les questions, sélectionner les ouvrages et documents.
 

Cette initiative a permis à 580 élèves de se familiariser avec la recherche documentaire et de réfléchir sur le thème de la citoyenneté.

Le projet est toujours d’actualité puisque des « malles » ont été réalisées pour circuler dans les écoles.
 

 


A l’heure où certaines nations tentent de sauver la culture comme elles peuvent, il est important d’intégrer chacune de nos pratiques culturelles, quelles qu’elles soient, comme des actes citoyens essentiels et précieux. Elles contribuent aux fondements de notre société et permettent une connexion entre chacun.

 

Sources principales : le site du Ministère de la Culture, de la DRAC Auvergne Rhone-Alpes et la ville de Caluire et Cuire.

 

 

 

 

Projection d'un montage vidéo sur le thème de la Citoyenneté - par Fabrice Calzettoni (crédit photo : S. Sang)

 

 

  

   

 

Lorsqu’on pense au lien entre citoyenneté et jeunesse, on pense d’abord au rôle de l’éducation nationale. Faciliter l'accès à l’éducation, c’est offrir à tous, dès son plus jeune âge, la capacité de comprendre le monde qui l’entoure par la transmission et le partage de savoir et d’outils pour développer sa capacité d’analyse et son esprit critique.
 

Ainsi pour favoriser la transmission de valeurs, l’ouverture au monde et l’apprentissage, les Maisons des Jeunes et de la Culture (MJC) ont été créées en 1948. Ouvertes à tous, elles proposent néanmoins un nombre important d’actions culturelles et sportives à destination du jeune public et constitue un lieu de rencontre et de partage.

 

En 2010, reflet d’un engagement fort de l’Etat, le service civique national voit le jour. Destiné au 16-25 ans et d’une durée de 6 à 12 mois, le service civique propose des « missions d’intérêt général dans un des neuf domaines d’intervention reconnus prioritaires pour la Nation: culture et loisirs, développement international et action humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d’urgence, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité, sport. » .

 

L’année de lancement du service civique, on compte 6000 jeunes engagés dans les organismes agrées.
 

En 2018, ce sont 140 200 jeunes qui ont bénéficié de cette expérience synonyme de rencontre, de découverte et d’engagement auprès de la société.

 

 
 
  • Jeunes et citoyens, engagés à Caluire et Cuire

 

L’engagement des collectivités pour les plus jeunes se traduit via la mise en place de différents dispositifs. Le conseil municipal d’enfants (CME) est un des exemples. A Caluire et Cuire, il regroupe une quarantaine d’enfants d’élèves de CM2 élus pour un mandat d’un an. A ce titre, il découvre la vie d’un élu, depuis leur élection, jusqu’au travail en commission et la soumission de projets au vote de M le Maire. On retrouve également ce dispositif à l’échelle métropolitaine avec le Conseil métropolitain des jeunes, représenté par une soixantaine de collégiens du Grand Lyon.

 

A Caluire et Cuire, le CME existe depuis plus de 30 ans, ce qui en fait un des plus ancien de France.

La commune de Caluire propose également un service civique communal. S’adressant aux 16-20 ans, il propose un investissement de 70h pour à la fois connaître le fonctionnement de la collectivité et une occasion de s’investir auprès d’une association, pendant 4 mois. Une manière de s’impliquer auprès de la communauté tout en offrant une première expérience professionnelle et personnelle à valoriser.

 

C’est par la connaissance du fonctionnement de notre société, de nos institutions et des règles de vie en communauté que nous pouvons devenir des citoyens à part entière, actifs, investis, capables de débattre et de questionner les politiques publics.
 

La Ville de Caluire et Cuire a reçu en 2013, le label « Ville Amie des enfants UNICEF » soutenant les collectivités dans leur engagement pour la jeunesse en inscrivant le vivre-ensemble au cœur de leur projet public.